The fight against corruption in sport is a major European issue

  

Without a stricter Europe-wide approach to combat corruption in sport, one of humanity's oldest pastimes risks losing its value, concludes a recent EU-commissioned study by KEA, a Brussels-based consultancy. The think-tank Sport and Citizenship says illegal betting and the recent examples of match-fixing pose among the biggest threats. In the opinion of Philippe Kern, Europe needs stricter laws with new and better methods for prevention, detection and punishment to combat the problem.

Philippe Kern is the founder and director of KEA European Affairs and administrator of the French think-tank 'Sport et Citoyenneté'.

The following piece is available in French only.

"La récente étude de KEA: 'Match-fixing in sport' est au cœur de différents débats traitant de la façon d’appréhender ce phénomène au niveau européen. L’étude a été commandée par la Commission Européenne et cartographie les dispositions pénales des Etats Membres tout en formulant des recommandations favorisant une action européenne.

Selon Androulla Vassiliou, Commissaire Européenne à l’Education, à la Culture, au Multilinguisme et à la Jeunesse : 'Si nous ne veillons pas à protéger l’intégrité du sport, c’est son essence même qui sera détruite. Nous sommes tous convenus qu’il faut unir nos efforts, toutes les autorités doivent coopérer. Aucun pays n’est épargné et il serait naïf de penser que quelqu’un peut faire l’économie de cette lutte'.

'La fraude et le trucage de matchs sont des enjeux européens, qui requièrent une réponse européenne', continue-t-elle.

Le dopage occupe depuis de nombreuses années les manchettes des journaux ; cependant, les autorités sportives font désormais face à un nouveau fléau, bien plus insidieux, s’attaquant aujourd’hui au sport et ses valeurs d’intégrité : la manipulation de rencontres sportives pour engranger des profits sur le marché des paris sportifs.

Les scandales se sont multipliés au cours de ces dernières années. Aussi bien pour les sports collectifs que pour les sports individuels. En témoignent l’affaire « Nikolay Davydenko » (2007) dans le monde du tennis et le scandale sportivo-financier secouant le Calcio en 2006. Aucun pays européen et aucune discipline sportive n’ont été épargnés puisque 19 des 27 Etats Membres ainsi que les 4 pays candidats à l’entrée dans l’Union européenne ont à ce jour été affectés ou sont en cours de jugement dans des affaires de ce type.

La question réside/est dans le fait de savoir si les huit États membres restants ne sont pas touchés par ce phénomène ou que cela n’a pas encore été détecté.

Par conséquent, l’affaire qui secoue actuellement l’Hexagone et plus précisément certains joueurs et proches du club de handball de Montpellier, si elle choque, n’est pas un  incident nouveau dans le monde du sport.

Conscient de l’enjeu majeur que représente la manipulation des rencontres sportives et de la nécessité de préserver l’intégrité du sport, les pouvoirs publics (Commission européenne, Etats membres, Conseil de l’Europe) et les autorités sportives (CIO, UEFA, FIFA, Sport Accord, etc.) se sont mobilisés face à l’urgence de la situation. De récentes déclarations et propositions ont ainsi été discutées au sein de l’Union Européenne. Le Forum Européen du Sport, tenu à Nicosie les 19 et 20 septembre 2012, a permis aux différents représentants du monde sportif européen et aux ministres compétents d’intensifier la lutte contre les matchs truqués. Le Parlement Européen organisait le 17 Septembre 2012 une session spécifique traitant de l’implication du crime organisé dans la fraude, les paris truqués et la corruption dans le sport.

Néanmoins, malgré un constat et une situation alarmantes, peu d’avancées de la part de l’UE et des Etats Membres ont été prises en vue de soutenir les organisations sportives pour combattre le crime organisé, qui pollue véritablement aujourd’hui le sport européen.

L’étude 'Match-fixing in Sport' rappelle et montre à ce titre que le contexte juridique est avant tout favorable au développement du phénomène : l’approche systématique et coordonnée des programmes de prévention développés par les autorités sportives est  nexistante, de même l’homogénéité dans les dispositions pénales européennes est absente.

L’essor des paris sportifs constitue une opportunité de développer les activités des organisations criminelles; et parallèlement, l’essor d’internet offrant de plus en plus de facilités de paris fragilise et rend d’autant plus vulnérable les structures sportives nationales qui doivent faire face à des organisations transnationales bien mieux structurées.

Face à ce grand danger, qui peut impacter gravement l’intérêt des (télé)spectateurs, l’éthique et la valeur commerciale du spectacle sportif; KEA approuve les récents efforts consentis à travers les déclarations des institutions européennes et rappelle qu’un ensemble de recommandations ont été formulées pour combattre les incertitudes juridiques au sein de l’UE ainsi que les différentes barrières opérationnelles qui existent dans cette lutte.

Comme le rappelle le think tank Sport et Citoyenneté, il s’agit donc essentiellement de mettre en place et de renforcer des outils de prévention, de détection et de répression (Sport et Citoyenneté, Revue trimestrielle n°19, Juin/Juillet/Août 2012, Sport et Corruption en Europe). Une attention particulière doit ainsi être portée sur la coopération transfrontalière entre les organismes d’application de la loi, mais aussi sur la mise en place de meilleurs canaux de dialogue pour faciliter la coordination et améliorer le partage des informations. Une coopération accrue et facilitée entre les organisations sportives, les agences de paris en ligne et les agents des services répressifs est enfin plus que nécessaire.

Un phénomène d’ampleur européenne donc, comme le souligne Androulla Vassiliou. Gageons que les décideurs européens en charge de ces questions joignent désormais la parole aux actes."

Advertising

Content Partners